Un arbre

Je suis réveillé par la lumière du lampadaire, il fait très froid.

Bien qu’il soit encore tôt, je vois déjà des gens sur le trottoir. Ils portent tous les manteaux et certains ont aussi des parapluies à la main, même s’il ne pleut pas.

Devant moi, je vois la station du bus, mais lui ne s’arrête pas parce qu’il n’y a personne qui attend dans la station.

Le soleil commence à se lever et je commence aussi à voir des étudiants, avec leurs sacs à dos. Ils semblent très fatigués, et ils ont des papiers entre les mains, probablement des devoirs.

Dans la rue, je vois beaucoup de voitures, et plus de gens aujourd’hui, parce qu’il y a un marché. Je peux sentir le poisson d’ici, même si on est très loin.

Gaia

Texte écrit entre les 18 et 25 novembre (pendant les deux premières séances de l’atelier) avec la classe UPE2A.

Laisser un commentaire