Quand je m’allonge dans mon lit

Quand je m’allonge dans mon lit, j’ai une vue panoramique, car le lit est dans un coin, et de là je peux tout voir.

La première chose que je vois est le plafond avec beaucoup de lumières. Juste à ma droite j’ai le canapé, à mes pieds c’est un bureau avec mon PC, et la nuit j’entends son ventilateur car il est toujours allumé. Le mur attaché au lit est rouge avec des fleurs blanches et le mur opposé est égal. Les murs restants sont blancs et, sur le mur du canapé, il y a trois photos de trois voitures. La photo du milieu est la plus grande. Je peux aussi regarder la télévision du lit. Je dors généralement avec la télévision allumée, et les deux lumières de chaque côté de la télévision allumées, mais avec très peu d’intensité. Et je peux aussi voir la table centrale. Je ne peux pas voir mon petit frigo, et puis une armoire géante que j’ai par obligation. Pour moi elle est trop grande, mais ma mère ne me laisse pas la mettre dehors.

C’est tout ce que mes yeux peuvent voir, le jour dans ma chambre, parce que la nuit quand tout est éteint, mes yeux ne perçoivent rien.

Oussama

Texte écrit pendant l’atelier du 27 janvier 2021 avec la classe d’UPE2A, après la lecture d’un extrait de « La chambre », dans Espèces d’espaces de Georges Perec.

Laisser un commentaire