Le vieil invisible

Ce vieux, il était âgé. On peut dire qu’il avait quatre-vingt ans. Je l’avais vu l’autre semaine quand je traversais le parc Séverine. Un bon parc. Mais ce jour-là, le vieil homme me regarde avec le visage bizarre. Je le salue, mais il ne me répond pas. Il est un peu grand, avec des cheveux blancs. Il s’assoit sur un banc blanc, tout seul. À côté du banc il y a un bâton. Il est barbu comme le père Noël, il porte un chapeau et un pantalon noirs, un manteau en cuir marron, et des chaussures marrons qui ressemblent à des palmes tellement elles sont grandes. Il n’est ni gros ni maigre. Je pense qu’il était en colère à ce moment-là, il me regarde avec une manière bizarre. J’espère, la prochaine fois, que je le verrai avec un sourire sur son visage.

Soule

Texte écrit entre les 18 et 25 novembre (pendant les deux premières séances de l’atelier) avec la classe UPE2A.

Laisser un commentaire