Je sors de chez moi

La pente

Je descends la pente
Sous la pluie et le froid
Le feu !
Un monument aux morts de la guerre
Métro Père-Lachaise
Les bruits, les bousculades
Dévalant les escaliers tel un automate
Ignorant les pubs des murs du métro
La musique aux oreilles
Je défile dans la rue avec détermination
Je monte la pente

Simple voyage

Je sors de chez moi
Je prends l’ascenseur
J’arrive devant le
Miroir et
Je m’aperçois
En jogging et sweat-shirt
Et je vais jeter des
Déchets

La solitude

La cour
Je suis seul
Il fait très très froid
Je marche pour prendre le tramway
Des gouttes de pluie qui coulent de partout
D’autres étudiants attendent le tramway
Pendant mon trajet je suis calme
Je valide mon Navigo je descends les escaliers
Des amis, anciens amis, étudiants provenant d’autres lycées
Partant vers Levallois ou vers Gallieni
Pendant mon trajet je m’ennuie
Je monte les escaliers
Je descends les escaliers j’attends mon métro
Je monte dans le métro
Je passe Réaumur-Sébastopol et arrive à Alexandre-Dumas
Même des fois, je suis en avance
Je marche, la montée pour venir au lycée
La route
J’arrive à mon lycée

La tronche du matin

Moi
Traversant cette rue, ma rue
Rejoignant le métro
Sous ce ciel gris
Sous ce ciel maussade, fade
Je dénoue mes écouteurs
Comme chaque matin de cours
Dans mes écouteurs ma playlist du matin
Ma playlist chill
Tout droit le métro
La ligne 13 qui m’attend
Cette ligne bourrée de monde
Ma carte de transport à la main
Puis dévalant machinalement les escaliers
Je me la joue mannequin le temps d’un instant
Le métro arrive

Moi
Tirant la tronche du matin
M’emmitouflant dans mon pull
Je surfe sur les réseaux sociaux
Et j’arrive

En respirant

Je me réveille en respirant, puis je sors en expirant
je me dirige vers la ligne 2, mais j’ai un petit creux
donc je mange du chocolat et j’attends Alexandre-Dumas

Rue Olivier-Métra

Rue Olivier-Métra
Froid le matin
Temps pluvieux
J’attends au feu
Je suis attentive au bus qui arrive à une heure précise
Je suis fatiguée mais la musique me fait tenir debout
Quelquefois je concentre ma vision sur les lumières des magasins

C’est devenu une habitude

C’est devenu une habitude
Je prolonge la petite rue jusqu’au feu rouge
Je prolonge le chemin de la petite forêt
À ma gauche le nouveau bâtiment est en construction
À ma droite toutes sortes d’arbres, de cerisiers, de chênes
Une fois sortie de la petite forêt
Je prolonge encore le chemin jusqu’à l’escalier
Là on peut voir le métro
Précipitée de prendre le métro
Je reste debout qu’à la station Alexandre-Dumas
Je prolonge la longue rue jusqu’au passage piéton
Au loin on peut déjà voir le lycée
Je marche tout droit, puis enfin
Arrivée au lycée
Soulagée et essoufflée

I’m a libra

Je sors de chez moi
J’ai la flemme
Mes écouteurs dans mes oreilles pour ne pas entendre les gens
J’arrive au lycée
Je vois des personnes
que j’aime pas

Déjà que j’ai la flemme d’aller à l’école
En plus il fait noir
Quand je sors

Je vois

Quand je sors de chez moi
J’observe le sol
Je vois les arbres qui perdent leurs feuilles
Les feu tricolores
Les bouchons les embouteillages
Les gens qui se bousculent
Ceux qui courent comme moi chaque matin pour avoir le bus
Ceux qui sont pressés pour le travail
Les gens qui font sortir les chiens pour les promener
La montée de la pente avant d’arriver dans mon lycée
Très fatigant
Les élèves qui attendent l’ouverture de la porte

De la lenteur à la vitesse !

Je sors de chez moi j’ai froid
Un arrêt de bus et un tabac
Dans le bus l’ambiance est calme
Je prends le métro j’ai chaud
Alexandre-Dumas
Il me reste toujours deux ou trois minutes
La porte va se fermer !
C’est le marathon !
Arriver au lycée
Très essoufflé

Carefree

La porte se claque
Clic, le téléphone s’allume
Ma clope s’anime
Vibration sonore ou oreilles bouchées par mes écouteurs
Et là je suis toujours là
Play — Game Over
Cerveau s’éteint
Un pas, un pied devant le précédent
Jusqu’au lycée du président

Poèmes d’Emeline, Firasse, Grâce, Imene, Maëva, Myriam, Nassim, Orphé, Paul, Sarah, Sunjay écrits les mardis 29 septembre et 13 octobre 2020.

Laisser un commentaire