C’était chez moi

Grandir près de la plage a beaucoup d’avantages. L’été, tout le monde allait à la plage. J’allais aussi à la plage, mais j’ai découvert une chose. Un jour, je suis allé dans un endroit un peu loin, et je suis revenu au coucher du soleil. Je devais être à la maison à une heure exacte que mes parents m’avaient dite, car ils étaient très stricts. Ce jour-là, ils s’inquiètent beaucoup parce que je n’arrivais pas à l’heure. Ce que j’ai découvert, c’est le coucher du soleil. Je me souviens de la première fois que j’ai vu ces couleurs, ces nuages différents de ceux qu’on voit normalement. La mer était très calme, il y avait un petit vent et l’odeur du printemps. Cette sensation de liberté en écoutant les oiseaux écoutant la mer, les odeurs pouvaient aussi être des sentiments, on se sent libre, sachant que cet endroit vous fait vous sentir bien, vous détendre, et surtout apprécier la beauté de la nature.

L’histoire ne s’arrête pas ici, mais il n’y a pas le temps de tout écrire. Maintenant, vous vous demandez pourquoi je n’ai pas de photo de cet endroit exact. C’est parce que c’était chez moi, que je n’ai pas ressenti le besoin de prendre une photo, parce que j’allais là-bas pour tout laisser derrière moi, et être avec moi-même.

Oussama

Texte écrit entre les 18 et 25 novembre (pendant les deux premières séances de l’atelier) avec la classe UPE2A.

Laisser un commentaire